Illustration: Daniela Huber
Paid post

«2020 est une année historique»

En novembre prochain, les États-Unis éliront leur président. Peu importe qui gagnera, les marchés financiers vont réagir. C’est pourquoi les spécialistes en placement de la Banque Migros suivent cette élection de très près.

La présidentielle américaine se rapproche à grands pas et l’incertitude s’accroît sur les marchés des actions. «Les élections et les campagnes qui les précèdent sont toujours dynamiques et connaissent des rebondissements, même en temps normal. Les dés ne sont pas encore jetés», déclare Markus Wattinger, responsable de l’Investment Office de la Banque Migros. Son équipe de spécialistes en placement chevronnés suit de près les marchés financiers et met en œuvre avec succès les solutions de placement de la Banque Migros, par exemple les mandats de gestion de patrimoine.


Monsieur Wattinger, qui va remporter l’élection à la présidence: Donald Trump ou Joe Biden?

Joe Biden, le candidat démocrate, est actuellement en tête des sondages. En raison de sa gestion de crise lors de la pandémie de coronavirus et des protestations contre la violence policière et le racisme, Donald Trump a dû faire face à de nombreuses critiques. Il continue toutefois de bénéficier d’un grand soutien dans de larges couches de la population. Bien des choses peuvent encore se passer avant les élections de novembre.

Qu’est-ce qui s’oppose à une victoire de Joe Biden?

Si Joe Biden fait une faible impression lors des débats présidentiels, il risque de se retrouver sous pression. Il n’a pas toujours convaincu lors de ses précédentes interventions. Pour ce qui est de Donald Trump, des données économiques décevantes ou de fortes corrections sur le marché boursier réduiraient ses chances. En revanche, il pourrait profiter de nouvelles réjouissantes sur d’éventuels vaccins contre le Covid-19 et d’une forte reprise conjoncturelle.

La course reste donc ouverte?

En raison du système électoral américain, l’élection présidentielle se jouera probablement surtout dans les cinq «swing states» que sont la Pennsylvanie, la Floride, le Wisconsin, le Michigan et l’Arizona. En 2016, Donald Trump l’avait remporté dans ces États, mais actuellement Joe Biden est en tête dans la plupart d’entre eux. C’est pourquoi la situation reste passionnante. Les élections et les campagnes qui les précèdent sont toujours dynamiques et connaissent des rebondissements, même en temps normal. L’élection du 2016 est un bon exemple du fait que l’état d’esprit de la population est parfois mal évalué.

Markus Wattinger, responsable de l’Investment Office de la Banque Migros
Markus Wattinger, responsable de l’Investment Office de la Banque Migros Source: Banque Migros

L’élection présidentielle a-t-elle une influence sur la Bourse américaine?

L’année 2020 est historique à bien des égards. Le marché baissier le plus rapide de tous les temps a été suivi d’une reprise boursière tout aussi spectaculaire. Et si l'économie américaine s'est effondrée comme jamais auparavant au deuxième trimestre, le produit intérieur brut devrait maintenant se redresser à un rythme record par rapport au trimestre précédent. C’est pourquoi l’année en cours n’est que partiellement comparable aux années électorales antérieures.

Vous attendez-vous à de fortes fluctuations de cours?

Plus le jour J se rapproche, plus l’élection présidentielle est sous les feux de la rampe. La volatilité va augmenter, car les élections sont toujours liées à des incertitudes. Les conséquences de la crise du Covid-19, les nouvelles mesures de stimulation ainsi que l’évolution du marché de l’emploi devraient cependant peser davantage à moyen et à long termes sur la Bourse américaine que l’élection présidentielle.

«Encore faut-il savoir qui occupera la Maison Blanche et si le Sénat des Etats-Unis restera aux mains des républicains.»

Quelle est l’importance des élections au Congrès?

La répartition des sièges au Sénat et la composition de la Chambre des représentants sont aussi importantes que l’élection présidentielle. C’est au Congrès qu’il est décidé si et dans quelle mesure le président peut mettre en œuvre son programme. La future politique commerciale, par exemple, ne dépend pas seulement de l’occupant de la Maison-Blanche, mais aussi de la question de savoir si le Sénat reste aux mains des républicains, car le Congrès a le pouvoir d’approuver de nouveaux accords commerciaux.

Une présidence Biden va-t-elle améliorer les relations entre la Chine et les États-Unis?

Le sentiment anti-chinois dépasse le cadre des partis aux États-Unis. Mais Joe Biden devrait se montrer plus modéré et moins enclin à la confrontation que Donald Trump. Les relations avec l’Europe devraient elle aussi se détendre avec Joe Biden. Si il est est élu, Donald Trump, par contre, renforcerait sans doute sa position anti-chinoise, ce qui nuirait surtout au secteur technologique. Si le président actuel est réélu, la probabilité que les États-Unis se retirent de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) augmente également.

Pour surmonter la crise financière, le président Obama a misé sur la continuité au lieu de faire de la politique politicienne.

Si Donald Trump l’emporte, le chef de la Réserve fédérale américaine (Fed), Jerome Powell, sera-t-il de nouveau sous pression?

Donald Trump pourrait bien garder Powell pour un second mandat. Il a toutefois vivement critiqué le chef de la Fed à plusieurs reprises par le passé, de sorte que sa réélection n’est pas certaine. Joe Biden pourrait bien maintenir Powell, d’autant plus que celui-ci a reçu de nombreux éloges pour la politique de la banque centrale durant la crise économique liée au coronavirus. L’ex-président Barack Obama avait bien maintenu Ben Bernanke en 2008, bien que ce dernier ait été nommé président de la Fed par le républicain George W. Bush. Dans sa gestion de la crise financière, Barack Obama a misé sur la continuité plutôt que sur des intérêts de parti.

La Banque Migros modifiera-t-elle sa stratégie de placement en fonction du résultat de l’élection?

Je ne peux pas encore le dire. Nous suivons la campagne électorale de près. Si une victoire de Joe Biden devait se dessiner, elle pourrait d’abord être accueillie avec prudence sur les marchés boursiers en raison de ses projets fiscaux. Mais cela ne change guère l’attrait à long terme des actions américaines. Les éventuels replis des cours devraient alors être considérés comme des opportunités d’achat.

La gestion de patrimoine de la Banque Migros

Les spécialistes de la Banque Migros investissent pour vous de manière responsable et transparente. Ils surveillent les marchés financiers, investissent votre patrimoine en tenant compte des risques et vous informent régulièrement de l’évolution de votre patrimoine. Ainsi, vous bénéficiez à tout moment de connaissances d’experts et n’avez pas besoin de vous préoccuper de l’évolution du marché. Le nouveau produit numérique «Gestion de patrimoine Focus» vous propose une gestion de patrimoine professionnelle à partir d’un capital de 5000 francs déjà. L’ouverture s’effectue en toute simplicité et en quelques étapes en ligne.

Paid post

Ce contenu a été produit par le Commercial Publishing, en collaboration avec Banque Migros. Le Commercial Publishing est le département de Content Marketing qui travaille sur mandat de 20 minutes et de Tamedia.